Light Tank STUART M5A1

Stuart M5 A1 Indiancars

Light Tank M5A1 Stuart

Du lourd pour une collection

Dans le monde de la Jeep, tout le monde connait Indiancars pour ses préparations offroad et pour ses restaurations dans le domaine “Military“. De cette passion pour les véhicules US de la seconde guerre mondiale à l’origine de la naissance d’Indiancars il y plus de 15 ans, résulte aujourd’hui l’arrivée d’un joli bébé dans la collection maison. Un M5A1 Stuart.Stuart M5 A1 Indiancars  Indiancars est bien né de cette passion pour le chose militaire US, lorsque David Dalet décida de créer le garage spécialisé dans les Jeep situé à Coignières. Cela faisait bien longtemps que David avait restauré sa première Willys comme on passe une épreuve initiatique. Membre fondateur d’une association Jeep, son intérêt pour l’histoire de la période 39-45 le mène à participer à ses premières commémorations. Si cela n’a rien d’exceptionnel, ce qui l’est en revanche, c’est d’avoir fait de cette passion sa profession.

Le nom d’Indiancars est désormais synonyme de passion Jeep et pour ceux qui en douteraient encore, il n’y a qu’à se rendre quelque part dans la Beauce, où se trouve le département Indiancars Military. Là, quelques initiés ont pu découvrir la collection maison. Entre Jeep Wllys, Ford, GPA, GMC, halftrack, M20 et M8, Harley WLA, trône désormais un rare blindé US dénommé M5 A1 Stuart.Stuart M5 A1 Indiancars

Si c’est dans la logique d’une collection, passer au char, c’est aussi passer un cap. Car, quand la vision d’une collection implique que l’on veut continuer à la faire vivre, rouler avec ses monstres d’acier, c’est autre chose que d’avoir à simplement vérifier le niveau de charge de la batterie de sa Willys avant de filer le 5 juin vers la Normandie. La logistique nécessaire suppose un camion gros porteur et bien évidemment quelques notions de pilotage de l’engin vu ses mensurations, sans parler de la consommation et de l’entretien. Mais on le sait, collection et raison ne font pas bon ménage…Et c’est tant mieux !

Du musée à la Normandie 2018Stuart M5 A1 Indiancars

En ce qui concerne cet exemplaire de 1943, depuis la fin du conflit, on retrouve sa trace dans un musée en Belgique où il stagnait. Il fut vendu à un collectionneur Anglais qui souhaitait s’en séparer. L’affaire était abordable, Indiancars est passé par là et voici ce Stuart qui débarque une nouvelle fois en France pour être décharger à Saint Péravy-La-Colombe où se situe l’atelier Military. Là, commence une restauration complète. Si en ce qui concerne la réfection des moteurs V8, de la boîte de vitesses et de l’ensemble des transmissions, il faut remercier le travail de Gosht mecanic (Clermont-Ferrand), qui dispose du matériel et de l’outillage spécifique, le reste est effectué chez Indiancars jusque dans les moindres détails. Aujourd’hui tout semble être redevenu comme il y a 75 ans, de la tourelle qui tourne automatiquement, aux reproductions des munitions installées dans leurs emplacements. Le bon dans le temps commence par une séquence story

Revue de paquetageStuart M5 A1 Indiancars

Le char léger M5 Stuart est l’aboutissement d’une lignée de chars légers qui débuta en 1931. Suite à la campagne de France qui avait mis en évidence l’effet Blitzkrieg, l’armée US modifia son M2A4 en augmentant sa longueur, son blindage frontal jusqu’ à 51 mm. Il fut dénommé M3 et était armé du canon type M5 de 37 mm avec gyro-stabilisateurs. La caisse qui était assemblée par boulonnage accueillait un moteur essence Continental W-670 de 250 CV. 5 mitrailleuses Browning de 7.62 mm complétaient l’armement. La production débuta en mars 1941.Stuart M5 A1 Indiancars

Le moteur Continental W-670 essence était un moteur d’avion (7 cylindres en étoile) et en raison de la priorité donnée à la force aérienne, il n’était pas disponible en assez grand nombre pour le M3. Aussi, on se tourna vers la motorisation Twin Cadillac Series 42 (2 V8 essence développant 220 CV), qui équipa le nouveau char plus connu sous le nom de Light Tank M5 (pour ne pas le confondre avec le M4 Sherman). L’installation de ces deux moteurs V8 obligea à rehausser l’arrière de la caisse (désormais soudée et non plus boulonnée), les blindages sont améliorés, la tourelle (modèle D58101) qui dispose de deux trappes triangulaires voit son accès facilité et son volume grandit grâce à l’ajout d’un compartiment arrière. Ce M5A1 entre en production en novembre 1942, il sera produit à 6 810 exemplaires faisant appel à usines Cadillac, General Motors Co, Massey Harris Co et American Car & Foundry Co.Stuart M5 A1 Indiancars

Bien que la réputation de la motorisation à double V8 était…Elle avait une fâcheuse tendance à prendre feu au démarrage… Elle était un atout par rapport au moteur Continental en étoile. Plus souple car doté d’une transmission automatique (Hydramatic) à 5 rapports elle offrait une autonomie supérieure au M3 (jusqu’ à 160 km), pour la même vitesse maximum (58 km/h) sur voie carrossable.

Les suspensions du M3 et du M5 restèrent similaires (sauf pour la forme des galets). Elles étaient de type vertical avec ressorts verticaux hélicoïdaux (VVSS). Elles se composaient de chaque côté de deux boggies dotés chacun de deux ressorts à spirales et de deux galets de roulement à bandages en acier. Elles étaient complétées par trois rouleaux porteurs ainsi qu’un barbotin avant à 14 dents et une large poulie de tension arrière ajustable. Sur le M5 chaque train de roulement était protégé pour la partie supérieure par une jupe blindée.

Stuart M5 A1 Indiancars
Sherman et Stuart M5A1

La tourelle du M5A1 recevait un canon de 37 mm M6 sur affût M44 avec une provision de 147 obus. Ce canon de 37 mm pouvait transpercer 48 mm de blindage sous 30° à 500 m. Il ne tirait que des projectiles perforants. Le canon était pointable tous azimuts et disposait de la gyrostabilisation. Il y avait enfin deux mitrailleuses M1919A4 calibre 30 (7,65mm), une coaxiale et une à l’avant. Une mitrailleuse calibre 50 était placé à l’extérieur droit de la tourelle.

Avec 4.84m de longueur (sans canon) et 2.29m de largeur, le M5 était un blindé de petite taille. En revanche sa hauteur de 2.57m en faisait une cible facile. Le M5A1 pesait 15.5t en ordre de combat avec son blindage allant de 13mm à 67mm. Avec ses 220 ch, le rapport poids/puissance en faisait le char le plus rapide du conflit, avant l’arrivée en 1944 du TD 18 Hellcat. L’équipage se composait de 4 hommes avec un pilote et son copilote, un tireur, un chef de char. Malgré le fait qu’il soit vite obsolète face aux chars Allemands, il remplira sa mission en avant-garde des nombreuses divisions où il est affecté jusqu’à la fin du conflit.Stuart M5 A1 Indiancars

La Cadillac des tanks US…

Lorsque le M5 fait ses débuts en Afrique du Nord, la bataille de Kasserine en Tunisie révèle aussi bien les faiblesses de la doctrine de combat américaine que celle du matériel. Face aux chars Allemands et armes anti-tank, le Stuart ne fait pas le poids. En revanche l’armement du M5A1 est léger et correspond à ce que l’on attend d’un engin de reconnaissance. Il poursuivra donc sa carrière lors des débarquements en Sicile, en Italie, puis en Normandie. Son agilité en faisait une véritable « Cadillac de combat  » comme le surnommaient les équipages.  Son silence de fonctionnement, sa maniabilité et ses accélérations étaient ses atouts. Difficile de le maintenir dans le viseur lorsqu’il roule à 60 km/h ce blindé qui change aussi de cap en un instant.

Le seul terrain d’opération où le Stuart joua son rôle de char de combat à 100% fut le Pacifique. En effet, les chars Japonais en faible quantité ne pouvaient rivaliser avec le matériel US. De plus, il y avait peu de défenses anti-char.

En Afrique du Nord comme en Europe, le Stuart sera adapté au fur et à mesure des exigences. On lui enlèvera sa tourelle, on le transformera en transport de troupes, en lance flamme, en anti aérien, Howitzer et en Normandie on lui greffera comme sur le Sherman, une cisaille afin de tailler dans les haies.Stuart M5 A1 Indiancars

Bien sûr le petit Stuart joua à merveille de ses V8 pour échapper aux Panzer, il fut de toutes les délivrances à partir du 6 juin 1944 de Saint Lô jusqu’au cœur de l’Allemagne.

Pour David Dalet…Il est sur toutes les images des grandes libérations et sa rareté en fait tout l’intérêt pour notre collection qui s’enrichit petit à petit…De par sa classe “Light tank“, il plus facilement gérable qu’un Sherman lorsque nous participons aux nombreuses commémorations...

Pour avoir eu le privilège de prendre les commandes de ce Stuart M5A1, nous pouvons confirmer qu’il est aussi étonnant que le veut sa réputaion. Monter à bord demande une certaine souplesse, mais une fois installé à la place du pilote, on arrive facilement à maitriser la boîte et les leviers de direction. Ce qui surprend c’est bien la vélocité de ces 15 tonnes d’acier qui frisent pratiquement les 60 km/h une fois lancés. A cette vitesse, les changements de direction sont violents et l’on comprend tout l’intérêt du port du casque car l’espace intérieur est compté. On s’imagine d’ailleurs au combat à 4 dans cet espace réduit, la fumée envahissant l’habitacle à chaque tir du 37mm et des mitrailleuses en action. La vision du terrain via les épiscopes nous plonge presque dans l’univers de la guerre sous-marine. On comprend que seule l’expérience et les réflexes rapides de ces jeunes équipages permettaient d’être efficace et surtout de s’en sortir indemne.Stuart M5 A1 Indiancars

Par sa fiabilité et son agilité le Stuart M5A1 fournit une aide précieuse aux alliés et sa carrière continua encore longtemps après 1945. De L’Indochine à l’Angola (armée Portugaise), il restera aussi en service dans de nombreux pays d’Amérique du Sud avec par exemple le Paraguay qui l’utilisa jusqu’en 2015 pour lutter contre la guérilla. Produit à moins de 7 000 exemplaires (M3 et M5 confondus), le Stuart est une pièce rare et sa cote ne cesse de grimper. On se souvient de la vente Artcurial de 2016 de la collection Nerrant & Fils en Normandie, lorsqu’un exemplaire du M5A1 (moteurs à restaurer), fut adjugé 285 200 € (hors frais et taxes). Depuis, ce qu’on croyait être un plafond a été largement dépassé. Rouler en Cadillac, ça n’a pas de prix, si ce n’est celui de la passion.Stuart M5 A1 Indiancars

Spécifications M5A1

Moteur : 2 V8, 346 cubic inch (5,7L), Cadillac Series 42

Puissance : 110ch chacun à 3 400tr/mn

Refroidissement : liquide

Boites : 4 vitesses Hydramatic

Poids : 15 Tonnes

Réservoirs : 2 x 337 L

Armement : 1 Canon 37mm M6, 2 mitrailleuses 7,65mm M1919A4

Longueur : 4,85 m

Largeur : 2,28 m

Hauteur : 2,56 m

Poids : 15 T

Blindage : 67 mm à 12 mm

Vitesse maximale : 58 km/h (30 km/h en tout terrain)

Rayon de braquage : 6,4 m.

Pente maximale : 60%

Passage de gué : 0,95 m