Jeep Ford GP – 1941

Jeep FORD GP WW2 restauration

 

 Jeep Ford GP 1941

Présérie historique/3

Lire l’article sur la Willys MA – 1941

Lire l’article sur la Bantam BRC 40 – 1941

Jeep FORD GP WW2 restauration

Le tracteur

Jeep Ford GP 1941.  Elle était dans son jus d’époque  cette Ford GP de 1942 et vient juste de se voir restaurée par l’équipe d’Indiancars Military. Ce fut pour nous l’occasion de tester cette présérie qui termina les terribles essais effectués par l’armée Américaine cette année-là en 3e position. Malgré ses défauts qui feront la différence, bien des détails de cette Jeep seront communs aux futurs productions de masse Willys et Ford des années de guerre.

C’est dans le numéro 54 de 4×4 Story que vous aviez découvert une Ford GP dans son jus, l’un des trésors récemment acquis par Nicolas Georges, patron de Jeepest et grand collectionneur. Cette fois c’est au tour d’Indiancars de nous avoir offert l’exclusivité de découvrir une rare présérie Ford GP de 1941 tout juste restaurée. Mais, ce n’est pas la seule surprise de ce jour. En effet, c’est avec étonnement que nous découvrons sur la plaque d’identification rivetée (et non vissée comme ce sera le cas plus tard), que nos deux exemplaires sont nées le même jour ! Le 25 septembre 1941.

Jeep FORD GP WW2 restauration

Une date qui situe nos deux Ford parmis les 4 458 Jeep présérie,  dites “Late 41“, puisque les dernières furent livrées à la mi novembre. Nous ne vous ferons pas ici l’outrage de retracer toute l’histoire des débuts de celle qui deviendra pour une grande majorité des habitants de la planète une simple “Jeep“, symbole de libération. Mais, il faut savoir que face à ses concurrents Bantam et Willys répondant eux aussi au cahier des charges imposé par l’armée Américaine, Ford jouera de sa force financière, industrielle et d’appuis politiques pour s’imposer malgré des rivales plus performantes que cette GP que nous avons sous les yeux. Le 7 décembre 1941, l’Amérique attaquée entre en guerre, il y a urgence, le gâteau de la Jeep sera partagée afin de répondre au besoin urgent d’un véhicule léger bon tout faire. La rationalisation fera le reste pour aboutir par exemple à la caisse dite “Composite“ commune en fin de conflit. Rappelons ici que pratiquement 650 000 Jeep entre 1941 et 1945.

Un moteur de tracteur !

Jeep FORD GP WW2 restauration

Pour Ford, l’aventure de la Jeep débuta à l’automne 1940 avec la livraison de deux “Pygmy“ qui utilisaient divers éléments aussi bien tirés des véhicules civils qu’agricoles que fabriquaient déjà le géant industriel. Fragiles mécaniquement, leurs châssis avaient supporté les premiers tests. L’idée de conserver plusieurs sources d’approvisionnements implique pour l’armée Américaine la diversité des fournisseurs de la futur Jeep. Ainsi, aucune marque n’est éliminé et Bantam (sans trop d’illusions), Willys et Ford se voient passer commandes de véhicules de présérie (entre 1100 et 1 500 chacune), afin qu’ils subissent de nouveaux tests.

Jeep FORD GP WW2 restauration

Durant cette longue séance sans pitié pour les Ford GP (“G“ pour Gouvernement et “P“ pour 80’ d’empattement), les BRC 40 (Bantam) et les Willys MA, c’est cette dernière qui s’impose comme la plus performante. Il faut dire qu’outre le fait que nos Présérie répondent plus ou moins bien au cahier des charges initial, le vigoureux moteur 2,2L Go devil de la Willys est plus remarquable avec ses 60 ch que celui de la BRC 40 (Bloc Continental 1,8L de 45 ch) et celui de la Ford GP qui n’est autre que celui du tracteur agricole Fordson offrant 40 ch. Pourtant le besoin cruel d’approvisionner dans l’urgence les pays déjà en guerre impose de passer commandes avec la perspective d’améliorer au fur et à mesure la Jeep avec le meilleur de chacun des prototypes. Ainsi, 1 555 Willys MA, 2 650 BRC40 Bantam et 4 500 Ford GP entrent en guerre. Alors que 4 500 exemplaires font de notre Ford GP la moins rare des préséries, 75 ans après, elle fait bien partie des Jeep que tout collectionneur se doit posséder.

Jeep FORD GP WW2 restauration

Chez Indiancars Military on a déniché cet exemplaire pour le compte d’un passionné qui souhaite lui offrir une restauration totale au plus proche de l’origine. Complète, mais en mauvais état, c’était parti pour quelques 600 heures de travail. Entièrement démontée, cette GP voit son châssis passé au marbre après réparation et sa caisse subir sablage et remétalisation. Le moteur déjà reconditionné en 1942 (plaque moteur), est entièrement restauré et se retrouve pour l’instant équipé d’un carburateur Solex en attendant de trouver le modèle Holley d’origine difficile à se procurer. Les boîtes sont ensuite refaite à neufs grâce à des pièces pour anciennes que Ford continue à fabriquer pour son modèle “A“.

Jeep FORD GP WW2 restauration

Quant aux ponts tout aussi spécifiques (positions de différentiels inversés par rapports aux futurs modèles de grande série), que l’ensemble de cette Jeep, leur démontage permet de découvrir que jusqu’aux couronnes, une majorité des pièces sont non seulement marquées du traditionnel “F“ Ford, mais aussi parfois datées et numérotées. Peinture appliquée, sellerie, capote réalisés et marquages d’origine respectés à l’identique, il nous restait à nous mettre dans la peau d’un de ces militaire d’Holabird et tester cette Ford GP.

Jeep FORD GP WW2 restauration

Plus rustique que la Willys

Alors que l’accès à bord semble facilité par l’échancrure de la caisse plus prononcée, la position de conduite reste un classique du genre avec un petit plus au niveau du maintien latéral des armatures en forme de baquet. Il faut bien cela pour compenser la rudesse des suspensions qui s’avèrent très fermes. La boîte neuve ne pose aucun problème, un coup  de double débrayage en renfort et l’on est vite en 3e. La remarque qu’on se fait immédiatement c’est qu’au niveau sonore, ça sonne différent. En effet, on est plus dans le domaine agricole aussi bien en ce qui concerne la mélodie que la vivacité. Le bloc Ford 2,0L (1958 cm3), monte dans les tours, mais pas question ici de se mesurer au Go Devil. Plus de 20 ch de différence entre les deux blocs c’est une chose, mais la vaillance du 2,2L qui manque à l’appel sur la GP fut bien la cause de sa 3e marche sur le podium en 1941.

Jeep FORD GP WW2 restauration

Pourtant on succombe au charme de cette Ford. On s’y fait à cette capote rudimentaire qui claque, à cette boîte de vitesses non synchro et l’on fini par trouver comment prendre du plaisir à cravacher un peu cette mécanique pour voir monter l’aiguille jusqu’à 70 km/h sur ce compteur qui fait aussi partie des spécificités cette Ford unique. Elle aussi a prit le chemin de la guerre et a participé à la légende de la Jeep.

Les packs Military Indiancars

Jeep FORD GP WW2 restauration